Archives pour la catégorie Festiv’Albatros

Samedi 26 mars à 21h Gilles Ascaride au Festiv’Albatros dans « J’ai tué Maurice Thorez ! »

Issu d’une famille d’artistes renommés, comédien remarquable et auteur prolifique, Gilles Ascaride sera présent pour cette nouvelle édition du Festiv’Albatros avec sa comédie historico-politico-comico-sociale « J’ai tué Maurice Thorez ! ». Classée en 2013 parmi les 25 meilleurs spectacles du Off, acclamée par la presse, cette pièce truculente et jubilatoire a également été plébiscitée par Philippe Caubère. Sous la direction du grand Serge Valetti, Gilles Ascaride est accompagné sur scène par l’hilarant Gérard Andréani. Un RDV théâtral à ne pas manquer !

>>> Samedi 26 mars 2016 à 21h au Centre Culturel des Augustins,
 Pernes-les-Fontaines.

Tarif : 10€ – Gratuit jusqu’à 12 ans.

maurice_thorez

LA PIÈCE : Un homme d’un certain âge se retrouve devant un juge du « tribunal de l’histoire ». Il semble y être venu volontairement, demande à être jugé et surtout condamné avec la plus grande sévérité. Il s’accuse d’être un criminel. Quel est son crime ? Il affirme avoir tué Maurice Thorez, secrétaire général du Parti Communiste Français de 1930 à 1964. A priori ce n’est pas possible puisque le dirigeant communiste est mort subitement et de sa « belle mort », le 12 juillet 1964 , à bord d’un paquebot de croisière soviétique sur lequel il avait embarqué à Marseille pour se rendre en vacances en Crimée, en U.R.S.S.
Pourtant, approchant de l’hiver de son âge, notre « assassin » veut expier pour se mettre en paix avec sa conscience… et peut-être, pauvre médiocre, se donner une stature historique et mondiale.
Ce récit loufoque et fantaisiste, nous plongera ainsi dans un Marseille des années soixante et dans une ambiance politico-historico-comico-sociale qui semble bien lointaine de nos jours alors qu’elle est hier.
L’échange cocasse va donc s’établir entre le récit d’un assassin improbable et un juge partagé entre amusement, stupéfaction et curiosité. A-t-il affaire à un mythomane, un fou furieux, un halluciné ou un véritable assassin ?

maurice_thorez

laprovence

Rencontre exceptionnelle avec Jean Touzot

Dimanche 20 avril à 18h au Centre Culturel des Augustins

Dans le cadre de son Après-midi Jean Cocteau, le Festiv’Albatros vous propose une rencontre exceptionnelle avec M. Jean Touzot, professeur émérite de littérature française à l’Université de Paris-Sorbonne, et auteur de plusieurs livres consacrés à l’oeuvre de Jean Cocteau comme Cocteau à cœur ouvert : les dernières années paru aux éditions Bartillat le 5 septembre 2013.

jean_touzot

Résumé: En 1951, à la demande de son fils adoptif, Cocteau revient à la pratique du journal intime, qu’il intitule Le Passé défini et destine aux lecteurs de l’avenir. Il le tiendra jusqu’à la veille de sa mort en 1963. Avec une liberté inaccoutumée, Cocteau se livre «à coeur ouvert», un coeur parfois lourd et meurtri d’être incompris et mésestimé. Dans une grande variété de thèmes et de tons, on y trouve des anecdotes inédites sur sa vie et celle d’autrui, des jugements savoureux et parfois cruels sur ses contemporains, une volonté de s’affranchir des tabous. Fort de sa grande connaissance de l’univers du poète, Jean Touzot analyse tous les aspects de cette entreprise testamentaire et dévoile les coulisses d’une existence brillante. Auprès de Francine Weisweiller et d’Édouard Dermit, Cocteau s’est trouvé une nouvelle famille, lui assurant une sécurité affective et matérielle. À Santo Sospir, dont il s’évade pour se laisser entraîner dans des voyages d’agrément ou de travail, il mène grand train jusqu’à ce qu’il soit chassé de ce «paradis». Il sait toutefois s’abstraire de cet environnement luxueux pour se ménager des heures de solitude créatrice. Avec la découverte de la poterie, de la peinture de chevalet et surtout la décoration de quatre chapelles, on peut soutenir que les dernières années du poète auront été des plus fécondes. Son attirance vers le paranormal, son approche du fait religieux, son attitude au seuil d’une mort imminente surprendront le lecteur.

C’est un Cocteau méconnu que nous invite à découvrir Jean Touzot dans cet essai qui s’approche au plus près du mystère d’un homme mais qui reflète aussi la vie tourbillonnante d’un des plus brillants esprits de son temps.